NMNM

  • Accueil
  • Expositions
  • Collections
  • Publics
  • Le NMNM
  • Partenaires
  • Presse
    Afin de recevoir les dossiers de presse et visuels disponibles, merci d’écrire à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Publications
Elodie Biancheri

Elodie Biancheri

vendredi, 15 juin 2012 15:14

MASC Looking up on aura tout vu






MASC (Museum Art Summer Club) - Looking Up on aura tout vu

Villa Sauber, 17 av. Princesse Grace, du 4 au 8 juillet ou du 11au 15 juillet 2011
Ateliers jeune public



Dans le cadre de l'exposition Looking Up on aura tout vu, Le Nouveau Musée National de Monaco - Villa Sauber propose des stages "jeune public" de cinq jours (2h/jour).

Après avoir parcouru les différentes salles, les enfants participeront à divers ateliers associant expression orale, écriture, dessin, peinture, modelage, couture sur le thème "crée ton personnage imaginaire"


lundi, 11 juin 2012 18:50

Pavillon du Zimbabwe






 
Désireux de soutenir des initiatives porteuses de sens et de suivre l’évolution des différentes scènes artistiques, le Nouveau Musée National de Monaco (NMNM) a été contacté par Raphael Chikukwa, Curateur de la National Gallery du Zimbabwe (NGZ), dans le courant de l'année 2010 pour une présentation de son projet de Pavillon du Zimbabwe à la 54e Biennale de Venise (du 1e juin au 27 novembre 2011). Raphael Chikukwa, après plusieurs expériences en Grande-Bretagne (dont une collaboration avec Marie-Claude Beaud) avait souhaité s’engager professionnellement dans son pays d’origine en intégrant l’équipe de la NGZ.

A travers les œuvres des quatre artistes sélectionnés par Raphael Chikukwa – Berry Bickle (vidéo), Calvin Dondo (photographie), Mischeck Masamvu (peinture) et Tapfuma Gutsa (sculpteur) – ce pavillon voulait redonner de la visibilité à un pays disposant d’une scène dynamique et souhaitant rengager le dialogue avec le reste de la communauté artistique internationale. Les questions soulevées par ce projet dépassaient le cadre zimbabwéen et concernaient l’ensemble du continent Africain.

Ce pavillon était porté par une institution culturelle publique, dont les missions de diffusion de la connaissance et de découverte sont en tout point comparables à celles du Nouveau Musée National de Monaco. Ce partenariat a offert une opportunité unique à la Principauté de Monaco, d’être présente à la 54e Biennale de Venise d’une manière différente, sortant quelque peu du modèle « classique » du pavillon national. Le NMNM a soutenu ce projet en tant que membre d’une coalition de partenaires internationaux incluant le British Council, l’Institut Fançais et l’Union Européenne.
mardi, 05 juin 2012 18:13

Kees Van Dongen, L'Atelier


Sélection d'oeuvres exposées :





L'accrochage des œuvres de Van Dongen proposé aujourd'hui au rez-de-chaussée de la Villa Sauber part d'une volonté du NMNM de mieux faire connaître ses collections, au-delà de sa politique d'expositions.

Le NMNM a hérité des fonds, régulièrement valorisés au sein de la programmation, de l'ancien Musée des Beaux-Arts de Monaco (1935-1958), du dépôt permanent des costumes de scène et des maquettes de décor de la Société des Bains de Mer et de la collection Galéa. Le musée poursuit également une politique d'acquisition d'œuvres d'art historiques et contemporaines en fonction de ce patrimoine.



Les chefs-d'œuvre de Van Dongen, qui vécut à Monaco entre 1949 et sa disparition en 1968, ont été acquis par la Principauté entre 2004 et 2008 auprès de sa famille. Des œuvres dont l'artiste ne s'était jamais séparé et qui l'ont côtoyé au fil de ses vagabondages, d'atelier en atelier, preuve de l'attachement qu'il y portait.

Kees, l'atelier n'a pas l'ambition des grandes rétrospectives organisées ces dernières années, mais tente une vision plus intimiste, restitue aux œuvres le contexte de leur création dans les univers de l'artiste, de Montmartre à Montparnasse.

De la Chimère-Pie, œuvre de jeunesse magistrale exécutée dans la malterie familiale des faubourg de Rotterdam, à la période fauve dont il conserva l'exacerbation de la couleur et le parfum du scandale, au chroniqueur du Tout-Paris et d'une certaine Avant-garde, jusqu'aux œuvres plus tardives, Kees Van Dongen traverse les courants du haut de sa superbe ironie et de son humour non dénué de cynisme. Toiles retirées des Salons par la police, critiques acerbes, accueils agressifs (comme en témoigne le coup de couteau encore visible sur l'Enlèvement), Van Dongen ne laissera jamais indifférent !

Les photographies des ateliers permettent de jeter un regard sur l'évolution des œuvres que le peintre a été souvent tenté de reprendre, de retoucher, de transformer, selon l'évolution de son tempérament. Certaines dates données sur les cartels donnent ainsi des fourchettes chronologiques d'exécution. Pour exemple, le Tango ou le Tango de l'archange a été peint entre 1923 et 1935.

Ce fonds, qui resterait évidemment à compléter pour constituer un véritable parcours de référence, demeure néanmoins fondamental, permet de naviguer dans l'œuvre, et a été montré dans les dernières grandes expositions organisées à Monaco, Montréal, Barcelone, Rotterdam et Paris ces quatre dernières années.

vendredi, 18 mai 2012 16:08

Princesse Grace : Habiller une Image

 


Vues d'exposition

 

Présentation de la Collection Capsule, Paris mars 2013

 
 

 
Cette exposition est la première étape de la collaboration entre le Nouveau Musée National de Monaco, le Central Saint Martins College of Arts and Design et Pringle of Scotland.

Elle est née d’une proposition du Nouveau Musée National de Monaco et marque le lancement d’une nouvelle phase du « Pringle of Scotland Archives Project » qui s’étendra sur 2012 et 2013 et qui inclut notamment des recherches sur la garde-robe personnelle de S.A.S. la Princesse Grace de Monaco, plus particulièrement Ses pièces de maille,  portées dès le début Sa carrière d’actrice de cinéma.

Depuis 2010 Pringle of Scotland travaille au recollement de ses archives avec Central Saint Martins par le biais de recherches documentaires réalisées par les étudiants du  « BA Fashion Course History and Theory ». Ce projet comprend également des rééditions de pièces d’archives par les étudiants du « MA Fashion Course »

Princesse Grace : Habiller une Image présente un portrait intimiste de S.A.S. la Princesse Grace de Monaco.  Ce titre est inspiré d'une citation de la Princesse dans « Time Magazine » en 1955, alors qu’Elle  était encore l'actrice Grace Kelly : « Je ne veux pas que mon visage soit la seule parure d'un film ». L’idée de découvrir  la personne cachée derrière l'image est le fil conducteur de l'ensemble du projet et des archives exposées.

L’exposition témoigne des intérêts personnels de la Princesse Grace et évoque Ses passions au travers de documents et d’archives sélectionnés par les étudiants du « BA Fashion Course History and Theory ». Cette exposition a servi d’inspiration à une collection capsule de maille dessinée par les étudiants du « MA Fashion Design » et présentée à la Paris le 5 mars 2013 à l'occasiond de la Semaine de la Mode.
vendredi, 18 mai 2012 16:01

Mark Dion - Oceanomania


Sélection d'oeuvres exposées




Vues d'exposition




Publication co-éditée par le NMNM et MACK Books





OCEANOMANIA: Souvenirs des Mers Mystérieuses est le titre du nouveau projet de Mark Dion à Monaco. Continuant ses investigations en tant que naturaliste, archéologue et voyageur, l’artiste américain explore les collections du Musée océanographique de Monaco pour créer un cabinet de curiosités monumental, et plonge dans les collections du Nouveau Musée National de Monaco (NMNM) pour présenter une intervention majeure ainsi qu’une sélection d’artistes à la Villa Paloma (l’un des deux espaces d’exposition du NMNM). OCEANOMANIA sera présentée du 12 avril au 30 septembre 2011.



Deux événements maritimes marquants et opposés forment le cadre conceptuel de ce projet. Il s’agit du Census of Marine Life (Recensement de la vie marine),récemment terminé (2010), et de l’explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon.

Le premier a rassemblé 2 700 scientifiques de 80 nations durant 10 ans pour observer et expliquer la diversité, la répartition et l’abondance de la vie dans les océans. Il en résulte l’identification de 6 000 nouvelles espèces, dont seulement 1 500 ont été décrites jusqu’à présent. Le Census of Marine Life a également mis en évidence le fait que les océans sont plus riches, plus connectés et plus touchés qu’on ne l’imaginait.

Le deuxième, l’explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon a provoqué l’écoulement de 4,9 millions de barils de pétrole brut dans la mer du Golfe du Mexique, produisant une zone de destruction de 210 km² et causant des dommages incommensurables à la vie marine. Les conséquences devraient encore être ressenties dans les décennies à venir.

Dans son projet, Dion examine notre perception de l’océan. Il interpelle notre sens de l’émerveillement face à sa grande diversité et notre mélancolie par rapport à sa destruction. Il s’interrogesur l’évolution de notre fascination pour la mer dans le temps et dans l’espace, le design, la littérature et l’art, et révèle ainsi comment l’étrange et le merveilleux ont continuellement inspiré la recherche et la création artistiques.

L’intervention de Mark Dion à la Villa Paloma rassemble les œuvres de 20 artistes. Elles offrent différentes manières d’appréhender la mer et l’océan. Ces œuvres examinent l’océan comme un territoire d’exploration et de découverte mais aussi comme un lieu où l’empreinte invisible et non règlementée de l’intervention humaine est présente et où l’extraordinaire vie aquatique et les ressources minérales sont souvent négligemment exploitées.

Cette exposition inclut la série monumentale Vingt mille lieues sous les mers de Bernard Buffet (1928-1999) et des œuvres de Matthew Barney, Ashley Bickerton, David Brooks, David Casini, Michel Camia, Peter Coffin, Marcel Dzama, Katharina Fritsch, Klara Hobza, Isola etNorzi, Pam Longobardi, Jean Painlevé, James Prosek, Man Ray, Alexis Rockman, Allan Sekula, Xaviera Simmons, Laurent Tixador et Abraham Poincheval et Rosemarie Trockel.

De plus, l’intervention in situ de Dion à la Villa Paloma comprend un ensemble éclectique d’œuvres d’art, liées à la mer, provenant des collections du NMNM. Cet ensemble présente des pièces de Lucio Fontana, J.M.W. Turner et Alphonse Visconti. Dans le cadre de cette investigation muséale, deux tableaux exceptionnels et rarement montrés de Claude Monet décrivant la baie de Monaco seront exposés pour la première fois depuis des décennies.

Au Musée océanographique de Monaco, une sélection très pointue d’œuvres de Mark Dion décrit son intérêt pour les océans depuis plus de 20 ans. A cette occasion, OCEANOMANIA permet également à Dion d’explorer les collections si particulières du Musée, dans lesquelles l’artiste puise pour créer un cabinet de curiosités spectaculaire.

L’un des plus grands jamais conçus, ce cabinet de curiosités du monde marin rassemble une grande variété d’objets de tailles et de formes différentes comme des petits fossiles, divers reliquats marins grandeur nature, des poissons naturalisés, un ours polaire, des objets d’art d’inspiration marine et de la documentation scientifique.

Cette pièce s’inspire des premiers Wunderkammen développés en Europe durant la Renaissance. Les Wunderkammen, ou chambres des merveilles, comprenaient la classification des espèces (taxonomie), des objets à caractère maritime et leur présentation méthodique. Ces collections systématiques de spécimens conduiront plus tard à la création d’aquariums et à la reconstitution de microcosmes idéalisés dédiés à l’étude et qui, à leur tour, produiront un émerveillement sans limites.



OCEANOMANIA est un parcours entre le NMNM et le Musée océanographique de Monaco lié par le thème de la quête de la connaissance scientifique, présentée comme un des idéaux du siècle des Lumières, quand le merveilleux et l’étrange se mêlaient à la poursuite de l’apprentissage. Cette exposition rend également hommage aux expéditions scientifiques du Prince Albert Ier de Monaco (1848-1922), pionnier de l’océanographie moderne et fondateur du Musée océanographique.

OCEANOMANIA est basée sur un concept de Mark Dion.



Co-commissariat par Sarina Basta et Cristiano Raimondi (NMNM) avec le conseil scientifique de Patrick Piguet (Musée océanographique de Monaco) et Nathalie Rosticher Giordano (NMNM).






Vues d'exposition 





Le hasard et la curiosité favorisent les rencontres ; une vitrine devant laquelle on passe, une connaissance en commun, sont autant d’amorces pour une collaboration…

En entrant un peu par hasard dans la boutique-atelier de on aura tout vu à Paris, Marie-Claude Beaud, Directeur du Nouveau Musée National de Monaco, a découvert un univers, deux personnalités singulières – celles de Livia Stoianova et de Yassen Samouilov – mais surtout une véritable passion pour la mode, les accessoires et la mise en scène.

Au même moment, l’équipe du Musée a défini un projet culturel, «Training for a Museum», ayant entre autres pour objectif de protéger, développer et faire découvrir un patrimoine national aussi méconnu que varié. Le fonds de poupées et automates, don de Madeleine de Galéa – amie proche d’Ambroise Vollard et collectionneuse passionnée – en fait partie, mais sa présentation pose des questions scénographiques et muséographiques bien différentes que des tableaux ou sculptures.

Ces accessoires d’intérieurs, puisque c’est bien de cela qu’il s’agit, appellent à une mise en scène particulière, rendue possible par l’imagination débordante du duo d’on aura tout vu qui a conçu l’exposition dans les moindres détails.

on aura tout vu insuffle une nouvelle vie aux collections du NMNM, en confrontant deux visions de mode, celle des poupées du XIXe siècle et la leur !

De leur baguette magique ils transforment la Villa Sauber en parcours de découvertes et de surprises, une immersion dans un univers merveilleux et festif, où les frontières du réel sont bousculées. Les tenues Haute Couture prolongent le raffinement de ce monde en miniature, alors que des êtres hybrides jaillissent de leur imaginaire extravagant.

Des raouts du Second empire au night clubbing contemporain, de l’étonnant mobilier noir à la magie universelle du blanc, du smoking à la robe de mariée,… l’exposition propose une exploration ludique des usages du monde.

Scènes d’un quotidien réel ou rêvé, on aura tout vu mélange avec brio codes et modes.

Une invitation à voyager dans le temps et dans l’espace avec pour guide la curiosité, l’émerveillement , la fantaisie.

Cette nouvelle collaboration au NMNM est le second volet du format d’exposition « Looking up™ » imaginé par le NMNM et inauguré avec l’artiste Yinka Shonibare, MBE, proposant un véritable dialogue entre les œuvres du patrimoine et la création contemporaine.

Pour plus d'informations sur la maison de couture on aura tout vu, cliquez ici

lundi, 14 mai 2012 21:01

Looking up... Yinka Shonibare, MBE


Vues d'exposition

 



Maquettes, sculptures, photographies et vidéo, les oeuvres de Yinka Shonibare, MBE (“Member of the British Empire”) sont le fil d’Ariane qui nous conduit à travers des collections jamais ou rarement montrées, appartenant à l’histoire artistique de la Principauté. Les collections “art et scène” du NMNM seront régulièrement revisitées dans le cadre du projet "Looking up...™".

Issu de ce multiculturalisme qui constitue notre monde d’aujourd’hui, Yinka Shonibare, MBE, artiste d’origine nigériane, vivant à Londres où il est né, aime les associations improbables. Sa réflexion sur l’identité et la mémoire mélange ses deux cultures d’appartenance sous un mode esthétique inédit. Quand il introduit au début des années 90 le pagne wax - tissu africain emblématique - dans l'univers victorien et en habille l’aristocratie qu'il représente par des mannequins sans tête, il trouve le geste artistique qui le rend immédiatement reconnaissable.



L’oeuvre de Yinka Shonibare, MBE vient de faire l’objet d’une rétrospective au Brooklyn Museum de New York puis au Smithsonian Institute de Washington et son projet Nelson's Ship in a Bottle a été inauguré à Trafalgar Square à Londres le 24 mai 2010.

Monte-Carlo fut et reste le foyer d’une vie artistique particulièrement féconde pour les arts de la scène. On découvre la “maquettothèque” Visconti de l’Opéra de Monte-Carlo, les sculptures et gravures des frères Bosio, les fabuleux décors lumineux d’Eugène Frey, l’étrange collection de tableaux transparents du Marquis du Périer du Mouriez, les boîtes religieuses issues de la collection de Galéa, et autres artificialia découvertes dans les réserves du musée.

Un atelier de conservation des costumes fonctionne pendant toute la durée de l’exposition et permet au public d’appréhender les faces cachées d’un Musée.



Commissaire de l’exposition :

Nathalie Rosticher Giordano, Conservateur en Chef (NMNM)

Commissaire adjoint :

Béatrice Blanchy, Conservateur des collections Art et Tradition (NMNM)

Lumière :

Dominique Drillot

Designer muséographique :

Adrien Rovero


Page 29 sur 29
 
Nouveau Musée
National de Monaco
Administration
Monte-Carlo View
8 avenue Hector Otto
98000 Monaco
Tel +377 98 98 19 62
Fax +377 93 50 94 38
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
-
Villa Paloma
56, boulevard du Jardin Exotique
Tel +377 98 98 48 60
-
Villa Sauber
17, avenue Princesse Grace
Tel +377 98 98 91 26
Vous êtes ici : Accueil Villa Paloma Elodie Biancheri